Crow Frame 1 200

L’été : la saison de l’effroi au Japon ?

Contrairement aux journées à la plage, aux délicieuses friandises glacées et aux divertissements en plein air, l’été au Japon est traditionnellement une période où les choses deviennent un peu effrayantes. Depuis des siècles, les longs étés chauds du Japon sont synonymes d’esprits fantomatiques, d’histoires effrayantes et d’épreuves terrifiantes pour tester le courage. Ces traditions inquiétantes, ancrées dans les mois les plus chauds, sont toujours bien présentes aujourd’hui. Dans cet article, nous vous expliquerons pourquoi l’été est la saison effrayante au Japon !

La signification des fantômes au Japon

Yurei – Les esprits hantés du Japon

La perception des esprits des morts au Japon présente quelques similitudes avec la représentation des fantômes dans d’autres pays. Les fantômes au Japon sont appelés “yurei”, ce qui se traduit vaguement par “esprit faible”. Pareil que dans les pays occidentaux, les yurei peuvent être représentés avec le visage pâle, sans réaction, habillés de blanc et flottant dans les airs.

Traditionnellement au Japon, on croit que lorsqu’une personne meurt, son esprit quitte le corps. Pour que l’esprit passe en toute sécurité vers l’au-delà, des rituels funéraires traditionnels doivent être effectués pour le défunt, notamment une veillée et un service funéraire approprié. Si une personne décédait sans que de tels rituels aient lieu, son esprit ne passerait pas vers l’au-delà. Au lieu de cela, elle deviendrait un fantôme, ou “yurei”. La même chose pourrait se produire si la vie d’une personne se terminait brutalement ou si elle avait subi de graves injustices de son vivant, car son esprit ne serait pas en paix. Un exemple en est les esprits vengeurs appelés “onryo”, qui sont les esprits de ceux qui ont été gravement injustement pendant leur vie.

Les esprits qui ne sont pas passés dans l’au-delà resteraient donc parmi les vivants pour terminer leurs affaires, ce qui pouvait inclure chercher vengeance contre ceux qui leur avaient fait du mal de leur vivant. Cependant, dans le folklore japonais, il existe de nombreuses catégories de “yurei”, et tous ne sont pas vengeurs ou malveillants. Les yurei sont généralement caractérisés par la nature de leur mort. Par exemple, les “funayurei” sont les fantômes de ceux qui sont morts en mer, tandis que les “zashiki warashi” sont les fantômes d’enfants. Les “ubume” sont les fantômes de femmes décédées lors de l’accouchement et sont considérés comme des esprits bienveillants, revenant souvent veiller sur leur enfant survivant.

Kasa-Obake : le parapluie et plus si affinité…

Yokai – Les esprits ludiques du folklore japonais

Outre les yurei, le folklore japonais regorge également de récits sur les “yokai”. Les yokai ne sont pas des fantômes, mais des démons surnaturels qui peuvent prendre de nombreuses formes différentes et qui sont encore des personnages populaires dans les animes et mangas japonais aujourd’hui. Contrairement aux fantômes, les yokai ne sont pas l’esprit d’une personne en particulier, mais peuvent se transformer en toutes sortes d’êtres différents, tels que des animaux et des créatures mythiques d’un autre monde. En fait, il existe de nombreux types de yokai, et ils peuvent également être soit vengeurs, soit bienveillants, tout comme les yurei. Alors que les yokai bien intentionnés peuvent apporter la bonne fortune, les yokai vengeurs étaient considérés comme responsables de l’apparition de maladies ou même de catastrophes naturelles.

Pourquoi l’été reste la saison effrayante au Japon

Obon et les fantômes de l’été

L’un des événements clés de chaque été au Japon est le festival d’Obon. Célébré sur trois jours en août, pendant Obon, les familles se souviennent de leurs ancêtres et de leurs proches décédés, ce qui inclut également des rituels tels que visiter les tombes familiales pour les nettoyer. Traditionnellement, on croit que pendant Obon, les esprits des morts reviennent dans le monde physique depuis l’au-delà pour rendre visite à leurs proches. Bien qu’Obon soit un moment de célébration et ne soit pas un festival effrayant, le retour des esprits des défunts contribue certainement à créer une atmosphère étrange pour l’été.

Tu te plains de ton ex qui te harcèle ? Il y a pire…

Cependant, il y a plusieurs siècles, on croyait également que ce n’étaient pas seulement des esprits ancestraux bienveillants qui revenaient dans le monde des vivants pendant Obon, mais aussi des esprits plus sinistres. Les esprits qui n’avaient pas de famille vivante pour prier pour eux, appelés “muenbotoke”, étaient également censés apparaître, mais la plus grande crainte était le retour des onryo vengeurs. En revenant dans le monde physique pendant Obon, on craignait que les onryo ne se vengent de ceux qui leur avaient fait du mal.

Kaidan – Les histoires de fantômes japonaises pour lutter contre la chaleur

Un Kaidan de qualité sur une femme qui avait chaud aux fesses !

L’été au Japon est une période extrêmement chaude et humide. Avant l’invention de la climatisation, raconter des histoires effrayantes de fantômes et d’esprits maléfiques était considéré comme un moyen de se rafraîchir en envoyant un frisson dans le dos. Ces histoires de fantômes, appelées “kaidan”, sont devenues une tradition établie pendant la période d’Edo au Japon (1603 – 1867), et la coutume de raconter des histoires qui donnent froid dans le dos pendant l’été perdure jusqu’à ce jour.

Une tradition qui a commencé pendant la période d’Edo consistait en des groupes de 100 samouraïs se réunissant pour raconter des histoires effrayantes. Cette coutume était appelée “hyakumonogatari kaidankai“, ce qui signifie “rassemblement de cent contes surnaturels”. Les hyakumonogatari kaidankai étaient considérés comme un moyen d’attirer les êtres surnaturels dans le monde physique. Ils étaient également considérés comme un moyen pour les samouraïs de tester leur courage. Les samouraïs allumaient 100 lanternes ou bougies au beau milieu de la nuit avant de se relayer pour partager une histoire effrayante. Après chaque récit, une lumière était éteinte. Après le dernier récit, la dernière lumière était éteinte. Les samouraïs attendaient ensuite de voir si l’un des esprits surnaturels apparaîtrait dans l’obscurité totale de la nuit, bien que de nombreuses fois, le jeu était interrompu avant le centième récit par peur de ce qui les attendrait lorsque toutes les lumières seraient éteintes.

Les hyakumonogatari kaidankai étaient si populaires qu’ils sont devenus également un passe-temps courant parmi les classes inférieures au Japon pendant l’été. Beaucoup des récits racontés lors de ces cérémonies ont été écrits et imprimés dans des livres, et le terme kaidan est rapidement devenu synonyme de la saison chaude.

Spectacles effrayants traditionnels pendant l’été au Japon

Un Suzumi Shibai ayant une certaine popularité.

Une forme traditionnelle de théâtre japonais, appelée “kabuki“, a également adopté la pratique de représenter des pièces effrayantes à l’apogée de l’été, à l’époque d’Edo. Ces représentations sont appelées “suzumi shibai” en japonais, ce qui signifie “pièce rafraîchissante”, et elles étaient considérées comme un autre moyen de se rafraîchir pendant l’été chaud et moite.

Le “rakugo”, l’art traditionnel japonais de la narration, a également intégré le kaidan, appelé “kaidan banashi”, pendant les mois les plus chauds. Beaucoup de représentations de kaidan banashi racontaient les histoires de célèbres yurei pour exciter et effrayer le public. Même aujourd’hui, on peut encore trouver ces productions effrayantes qui ont lieu pendant l’été.

Kimodameshi – Testez votre courage en testant votre foie

Chaud de visiter ce spot de nuit ?Seul(e)?

Les actes de bravoure en été ne se limitent pas aux samouraïs racontant des histoires effrayantes dans l’obscurité. “Kimodameshi” est une autre tradition estivale au Japon où les jeunes peuvent prouver leur intrépidité, car il s’agit d’aller délibérément dans un endroit effrayant pour se faire peur et tester son propre courage. La façon dont le kimodameshi est pratiqué dépend entièrement des préférences personnelles – cela peut être fait seul sur un coup de tête ou en groupe lors d’un voyage prévu à l’avance.

Les endroits les plus courants pour pratiquer le kimodameshi sont, sans surprise, les cimetières, les forêts, les bâtiments abandonnés ou les lieux dits “shinrei” (des endroits considérés comme hantés par des fantômes), généralement la nuit. Les tunnels ruraux sont un endroit inhabituel mais populaire pour le kimodameshi, car de nombreux tunnels au Japon sont assez longs, vous laissant enveloppé dans l’air frais et humide, avec peu ou pas de lumière, donnant des frissons.

On ne sait pas exactement d’où vient le kimodameshi, mais une théorie est qu’il remonte à la période Heian du Japon (794 – 1185) et aurait peut-être été utilisé par les samouraïs pour entraîner leurs enfants. Bien que ce soit un moyen de tester son courage, le mot “kimodameshi” signifie en réalité “tester son foie” en japonais, car au Japon, le foie est associé au courage. Aujourd’hui, de nombreux jeunes participent à des excursions de kimodameshi spécialement organisées par les écoles pendant l’été, avec des enseignants et des volontaires participant à leur faire peur pour qu’ils s’en souviennent.

Maisons hantées modernes et événements effrayants

Une maison hantée de qualité à Odaiba à Tokyo. Je l’ai testé avec un gamin flippant, je le renvoie dans l’au-delà la prochaine fois !

En plus des actes de kimodameshi, des formes plus modernes de divertissements effrayants sont appréciées lorsque la température commence à monter. L’un des plus populaires est celui des maisons hantées, appelées “obakeyashiki” en japonais. Élaborées et souvent terrifiantes, on trouve toutes sortes de maisons hantées exploitées individuellement ou dans les parcs à thème pendant les mois d’été.

Les maisons hantées suivent généralement des thèmes spécifiques et sont très populaires, notamment auprès des jeunes. Il y a généralement un défi à relever ou une histoire à suivre dans une maison hantée, qui est minutieusement conçue pour être aussi terrifiante que possible. Elles sont souvent dans une quasi-obscurité et peuvent comporter des éléments communs aux histoires d’horreur, tels que des lumières vacillantes ou des téléviseurs cassés émettant un grésillement blanc. Bien qu’il y en ait beaucoup qui suivent la disposition familière où les visiteurs doivent traverser les pièces de la maison hantée, qui présentent souvent des acteurs jouant les rôles terrifiants de goules possédées ou de fantômes tourmentés pour ajouter une touche encore plus pétrifiante, il existe également des versions différentes qui maintiennent les visiteurs dans une seule pièce ou un espace limité, ajoutant ainsi la peur de ne pas pouvoir s’échapper.

L’été est également la période de l’année où plusieurs films d’horreur sortent au Japon. Chaque été voit la sortie de plusieurs nouveaux films effrayants ou la ressortie de classiques de l’horreur dans les cinémas du Japon pour terrifier le public. Les chaînes de télévision diffusent également de nombreux spectacles et films d’horreur qui perpétuent l’amour du Japon pour tout ce qui fait peur en été, permettant aux gens de participer partout à cette effrayante aventure.

Faites glacer votre sang dans les étés chauds du Japon

Depuis l’époque d’Edo, l’été au Japon est la saison de la peur. Raconter des contes effrayants de fantômes et d’esprits maléfiques était considéré comme un moyen de rester au frais pendant la chaleur estivale. À partir de ces histoires, l’été est devenu pour toujours synonyme de période effrayante, avec le kaidan, le kabuki, le kimodameshi et les formes plus modernes de divertissement d’horreur, tous faisant partie intégrante de la saison et perpétuant la tradition pour que l’été au Japon reste un moment terrifiant de l’année. Avec ou sans climatisation, ces traditions hantées ne manqueront pas de vous donner des frissons dans le dos.